L’aventure de toute une vie

Mon histoire avec Dieu, c’est une aventure d’accueil de la Vie qui a commencé un jour et qui ne finira jamais… Élevée dans une famille croyante, j’ai commencé à l’adolescence à croire que Dieu n’existait pas. En fait, j’ai été blessée par des personnes, et dire qu’il y avait un Dieu, c’était admettre qu’il avait permis que tout cela arrive. À partir de ce moment-là, je me suis coupée de la vie. Mes proches me disaient que j’étais pleine d’énergie et dynamique, mais à l’intérieur, je ne ressentais plus rien, ni joie ni peine.

J’ai vécu de cette façon jusqu’à mon entrée à l’université, où je me suis retrouvée seule face à moi-même. Je cherchais comment vivre, pourquoi vivre. Je n’avais pas de pensées suicidaires, mais j’étais découragée par le sens de ma vie. C’est à ce moment que j’ai crié vers Dieu. Je me souviens, j’étais couchée sur mon lit et je lui ai dit que s’il existait, il devait faire quelque chose pour m’aider. Je n’ai pas eu d’apparition, le ciel ne s’est pas ouvert. À vrai dire, rien n’a changé sur le moment. Par contre, aujourd’hui, je peux dire que c’est là que l’aventure a commencé. Par exemple, à l’église, j’ai décidé d’écouter ce que le prêtre disait au lieu d’envoyer des messages à mes amis. Je me posais beaucoup de questions concernant l’Église et elles restaient sans réponses.

Mais un jour, ma cousine m’a invitée au Concile des Jeunes de la Famille Marie-Jeunesse, et j’y suis allée. Durant ce rassemblement, au cours d’un entretien, le prêtre qui parlait à l’avant me regardait comme s’il me connaissait. Son regard était vrai. Je sentais qu’il ne me regardait pas à cause de mes talents ou parce que j’étais bien habillée, mais seulement parce que j’existais. Pendant la soirée de miséricorde, j’ai senti une invitation intérieure à aller au Sacrement du Pardon. En revenant, je suis restée à genoux devant le Saint-Sacrement durant deux heures qui ne m’ont paru que vingt minutes. Je ne pouvais m’empêcher de sourire, parce que je ressentais de l’amour en moi.

C’était ma première rencontre avec le Seigneur ! Ma vie n’a pas changé du tout au tout. Je me posais encore des questions, il y avait encore des combats et il y en a toujours. Pour moi, la conversion est un processus qui dure toute une vie… J’ai eu d’autres rencontres avec le Christ ou avec le Père par la suite et j’en aurai d’autres jusqu’à l’ultime rencontre : le Ciel. Souvent, mes amies me demandent pourquoi j’ai la foi, qu’est-ce que cela change dans ma vie ? Je réponds : l’espoir ! Quand on vit avec le Seigneur, on peut être heureux même dans les moments malheureux, car on a l’espoir qu’il transformera ces moments de peine en gloire.

Dans le concret, cela change quoi ? J’ai plus de facilité à accepter les gens comme ils sont, car je sais que toute personne a des blessures, mais demeure toujours aimée de Dieu. Je peux dire aussi que j’ai retrouvé plus de vie en moi : je ressens mes émotions et j’apprends tranquillement à m’aimer comme Dieu m’aime…

Judy Lachance
23 ans, Québec

Nous joindre:
Tél: 819 820 1500

Courriel: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Adresse:1021 rue du Conseil

Sherbrooke. J1G 1M2
Québec

 

Suivez nous sur:

facebook02   youtube01

logo

La Famille Marie-Jeunesse
est une communauté nouvelle
dans l'Église catholique

Back to Top